Blog tricot, couture & zéro déchet

64100 Bayonne
Suivez-moi :

Blog

A la recherche du savon parfait (n°5)

Est-ce que vous vous rappelez de ma quête du savon parfait ? Et bien une fois la cure terminée, j’ai pu tester mon savon, et voici mes conclusions.

J’ai d’abord commencé à tester avec le lavage des mains, en cas de réaction cutanée. C’est plus facile à gérer sur les mains que sur tout le corps…

Ce qui est réussi

Ce savon est extrêmement doux sur ma peau, c’est un vrai succès ! Je vois nettement la différence avec les précédents. Ceux-là étaient, je le rappelle, constitués de 50% d’huile d’olive, 25% d’huile de coco, 20% de beurre de karité et 5% d’huile de ricin.

Les nouveaux sont constitués de 97% d’huile d’olive et 3% d’huile de chanvre ajoutée à la trace. L’huile d’olive est réputée pour faire des savons très doux, et l’huile de chanvre, riche en oméga 3, permet de préserver l’équilibre lipidique de la peau (et ça c’est bien pour la dermatite atopique).

Bref, ça marche ! Evidemment, il faudra prolonger le test pour voir sur la durée, mais je suis déjà bien contente. Je valide la recette.

Ce qu’il faudrait améliorer

Les savons obtenus fondent vraiment très vite. J’avais pourtant fait en sorte d’avoir le même taux de surgraissage que pour les autres savons, à savoir 10%. Mais les huiles n’étant pas les mêmes, le résultat n’est pas le même non plus. La prochaine fois je tenterai un surgraissage à 8%.

Je crois aussi que la cure mériterait d’être plus longue (3 mois minimum) et que les conditions de conservation devraient être revues. En effet, je fais sécher mes savons à l’air libre, sur une surface propre et plate, mais je ne les protège pas drastiquement de la lumière, par exemple. Cela semblait convenir à mon ancienne recette, mais peut-être pas à celle-ci.

Cette fois, ils ont pris de drôles de couleurs au séchage, un peu marbrées, mais sans odeur. Entre le surgraissage trop élevé et la conservation non optimale, je pense tout simplement qu’ils ont commencé à rancir (ce qui n’enlève rien à leurs propriétés mais ce n’est pas très agréable à regarder). Le site Rêvons savons a rédigé un article très complet sur la cure, que je vais appliquer à fond 🙂 Vous pouvez le lire ici.

Voilà ! Malgré ces petits détails, je crois que je m’approche très près du savon parfait. Prochaine étape : retenter l’expérience, toujours avec des petites quantités, mais en dosant pour un surgraissage à 8% et cette fois, avec de l’huile de cameline.

POST A COMMENT