Boutique de belles laines à Bayonne, salon de thé et ateliers créatifs.

46 rue des Basques - 64100 Bayonne
Suivez-nous :

Blog

Garde-robe caspule automne-hiver, épisode 2

Après les silhouettes et les couleurs, passons à la suite de la planification de ma garde-robe capsule automne-hiver !

Dans le précédent article de cette série, j’ai retenu 3 silhouettes et élaboré une mini palette pour la saison automne-hiver. Aujourd’hui je fais un inventaire détaillé de ma penderie : combien de pièces, de quel type et de quelles couleurs ?

Ensuite, ce sera le moment de faire la liste des pièces qu’il me manque ou qu’il faut que je remplace, puis de les trier dans ces 3 catégories : à acheter, à coudre, à tricoter.

 

L’inventaire de ma penderie

penderie garde robe capsule automne hiver wardrobe architect

 

penderie garde robe capsule automne hiver wardrobe architect

Vous voyez que je prends du niveau cette saison, j’ai séparé les vêtements en sous-catégories et j’ai déjà intégré les « lacunes » à mon dessin 😀

Justement, parlons des lacunes :

Analyse de la garde-robe capsule

Les gros pulls : je n’en ai pas besoin de beaucoup puisque j’habite dans une région aux températures plutôt douces. Mais je n’ai pas de pull en laine… Le comble pour une tricoteuse ! (j’en ai pourtant tricoté un l’an dernier, mais je projette de le défaire). Les deux pulls que je possède sont respectivement en acrylique et en coton. Alors que la laine, c’est quand même vachement pratique et efficace d’un point de vue isolation. Il me manquerait donc un gros pull en laine.

Les pulls légers : j’en ai suffisamment (voir peut-être un peu trop), de couleurs variées, avec des motifs et sans motifs… De ce côté on peut dire qu’il n’y a rien à ajouter.

Les t-shirts à manches longues : je n’en possède plus que deux, malgré que ce soient des vêtements que je porte souvent : soit sous des gilets, soit sous des pulls. Je suis tout de même un peu frileuse. En plus ils sont tous les deux noirs, donc pour mettre sous mon gilet bleu marine, c’est bof (histoire de vous donner un exemple concret). Pour un bon roulement, je dirais qu’il me faudrait au moins un t-shirt à manches longues de couleur claire, ou alors deux, pour en avoir toujours un sous la main pendant que l’autre est au linge sale ?

Les gilets et la chemise à carreaux : en nombre suffisant (je viens d’y faire du tri). Et je suis très contente que mes deux gilets préférés soient des gilets « maison » : un tricoté à la main, un tricoté à la machine !

Les robes : bon, là, ça coince. En faisant cet exercice, je me suis rendue compte que j’ai des robes en nombre suffisant mais je ne les mets vraiment pas beaucoup. Et pour cause, elles ont toutes divers trucs qui me chiffonnent : la couleur (trop terne ou trop difficile à assortir), la coupe (peu flatteuse, manches trop courtes et/ou trop larges), la matière (aaah le polyester et son sympathique effet sauna), le confort, ou parfois elles combinent plusieurs de ces critères. Mais il faut raison garder : je n’aurai ni le temps ni le budget pour les remplacer cet hiver, ce n’est pas une priorité. Ce sera peut-être pour l’hiver prochain.

Les jupes, ou plutôt LA jupe : je n’ai qu’une seule jupe noire mais très franchement, ça me suffit. Ce n’est pas un vêtement que je mets souvent, c’est juste une alternative sympa quand j’en ai marre de porter mes jeans. Pour les collants que je mets avec, là aussi c’est suffisant en terme de nombre et de variété.

Les jeans : c’est la première catégorie à laquelle j’ai pensé parce que c’est ce que je mets le plus souvent, été comme hiver. Je n’ai qu’un seul jean foncé (qui rentre donc dans ma palette) et il arrive au bout du bout de sa vie 🙂 La faute à l’élasthanne qui le fait pocher, et à des coutures pas très solides qui ont commencé à lâcher partout. Franchement, ce n’est pas abusé de dire qu’il me faut deux jeans foncés supplémentaires.

 

Quelques chiffres :

C’est une étape tout à fait facultative, mais j’aime bien pousser l’analyse jusqu’au bout car je suis psychorigide.

En l’état actuel, ma garde-robe capsule contient 25 vêtements, hors vestes, manteaux et sous-vêtements. Si je comble mes lacunes comme prévu, je devrais arriver à 30 vêtements, ce qui me semble cohérent avec les principes même d’une garde-robe capsule, mais aussi et SURTOUT cohérent avec mes envies et mon style de vie. Avoir des vêtements que je ne porte pas ne me fait pas plaisir, cela m’encombre (les placards et l’esprit).  Et justement, je n’ai pas la place de m’encombrer, je vis dans un 3 pièces et je partage mon placard avec Monsieur. Je n’ai pas l’option de pousser les murs 🙂

Sans surprise, le noir et le bleu marine sont encore fortement représentés… Je sais que pour ne pas sombrer dans le terne, il faut que je privilégie d’autres couleurs, mais pour l’hiver j’aime bien rester dans le foncé et le neutre. Je ne sais pas quelle est la proportion idéale, mais je sais que ce ne serait pas cohérent de tout miser sur mes couleurs « accents » par exemple, ça ne me correspondrait pas. A voir.

Et je m’aperçois aussi que j’ai une nette préférence pour les couleurs froides.

Voilà la répartition actuelle entre les neutres, presque neutres et accents. Je pourrais peut-être parvenir à trouver un équilibre en réduisant les presque neutres et en augmentant les accents ?

Un autre truc en garder en tête, c’est que même si j’aime bien la fantaisie, pour l’hiver je partirais plutôt avec une répartition 2/3 – 1/3. Et là c’est plutôt moitié-moitié. Pour mes futures réalisations, achats, il vaudrait mieux que je table sur de l’uni.

 

A acheter, à coudre, à tricoter

D’une part, je sais pertinemment que je n’aurai pas le temps de tout confectionner. Je n’aurai le temps que pour un seul tricot, et un ou deux projets couture. Hé oui, seulement un ou deux parce qu’à côté de ça, j’ai des vêtements à réparer, un ensemble pour mon neveu à finir, divers bricoles à coudre pour les copains, et surtout un manteau d’hiver que j’avais commencé avant l’été… Et qui n’est toujours pas fini !

D’autre part, j’ai pris la résolution de n’acheter que des vêtements issus de la mode éthique et eco-responsable. Ce qui suscite évidemment beaucoup de réflexions car globalement ce sont des pièces qui coûtent plus cher que ce que j’avais l’habitude d’acheter. Mais cette démarche fait sens pour moi, alors je suis prête à acheter moins (mais mieux).

Cela m’a aidé à répartir les vêtements manquants :

Un gros pull en laine : à tricoter, évidemment. Il est d’ailleurs déjà sur mes aiguilles. Je le tricote en Fado de chez Fonty (coloris 661), un fil sans teinture qui provient d’élevages de mérinos franco-portugais.

Un T-shirt à manches longues : je l’aurai bien acheté, mais le seul modèle qui me plaisait est en rupture de stock (c’était celui-ci en coloris grège, chez Mon côté bio). Du coup je vais probablement finir par le coudre moi-même, quand ma surjeteuse sera enfin réparée. J’ai déjà le patron (Briac dans le livre Coudre le stretch). J’ai trouvé un jersey de coton écru chez BioTissus, et si je suis motivée pour le deuxième, je le ferai en gris clair.

Deux jeans foncés : j’aime bien les challenges, alors j’ai décidé de coudre mon propre jean dans ce denim bleu foncé (toujours chez BioTissus mais promis, je n’ai pas d’actions chez eux, c’est juste que j’y trouve toujours ce que je cherche). J’ai choisi le patron Morgan de Closet Case Patterns, ce qui m’a posé des problèmes de conscience parce que j’aurais préféré trouver mon bonheur chez des créatrices françaises. Mais je voulais un patron pochette (j’en peux plus des PDF à découper…) et prévu pour un tissu sans élasthanne. Alors j’ai trouvé mon bonheur chez Closet Case Patterns, mais du coup, mon patron a traversé l’Atlantique en avion, ce qui – vous l’admettrez – est un peu couillon.

Pour le deuxième jean, je profite que mon anniversaire arrive bientôt pour me faire offrir un jean indigo de chez 1083.

 

Un projet bonus ? Dans le cas où j’aurai cousu et tricoté tous mes projets avant la fin de l’hiver, et si je vends quelques coupons de tissu de mon stock, peut-être (je dis bien peut-être) que j’essaierai de coudre une robe. Mais vraiment, ce n’est pas une priorité.

 

Voilà, maintenant, y’a plus qu’à, comme on dit. J’ai un pull à tricoter, un jean – et probablement un T-shirt – à coudre… Au boulot !

COMMENTS

  • 6 novembre 2019
    reply

    Anais

    J’aime bcp ton analyse et qu’est ce que j’aimerais avoir le courage de faire la même chose pour moi!
    Hâte de voir ton gros pull finit ! Et aussi ton manteau!

POST A COMMENT